Tous les articles LeHibou  >  Grands éditeurs : Stop à la dictature !

Grands éditeurs : Stop à la dictature !

Publié le 24/12/2018

  • LogicielLibre
  • ConsultantInformatique
  • Ssii/Esn
  • OpenSourceImplementation
  • EditeursLogicielsInformatiques

LOGICIEL LIBRE

Rien ne va plus entre les grands éditeurs et les grands groupes ! SAP, Oracle, et consorts sont de plus en plus pointés du doigt par les grands groupes qui les accusent de conditions d’utilisation abusives.

Retour sur les faits : trop cher, trop rigide

C’est depuis 2009, soit près d’une décennie maintenant, que les grands groupes ont commencé à grogner contre les grands éditeurs de logiciels informatiques.

En cause, les tarifs de maintenance de SAP dénoncés par les utilisateurs de SAP (Association des utilisateurs de SAP francophones connue sous le nom d’USF et foncée en 1989).

En 2013, ce même groupe revenait à la charge pour se plaindre en compagnie de CIGREF (Association des grandes entreprises et administrations publiques françaises) pour les audits des licences.

Tout récemment, en 2017, Oracle en prenait pour son grade, jugé trop peu « agile » en matière de contrat. Le carnet de doléances traitait notamment des conditions trop complexes pour mettre fin à un contrat.

Durant l’été 2018, la grogne était encore montée d’un cran. En cause ? L’influence du CLOUD sur l’augmentation de la facturation. Si l’adaptation était nécessaire et comprise de tous compte tenu de la nécessité de faire évoluer les solutions, la limite avait néanmoins été atteinte par Salesforce et Microsoft, accusés de s’en mettre plein les poches sous couvert d’obsolescence programmée et d’adaptation continue des systèmes).

Mais alors, à quelles conséquences s’attendre dans le monde de l’informatique comme expression de ce ras-le-bol ?

Halo sur l’Open Source

Selon le CIGREF, l’Open Source est davantage en phase avec la production collaborative, l’open innovation et les nouveaux codes de co-création.

Les services numériques se concentrent majoritairement entre 4 acteurs principaux internationaux (dont l’allemand SAP). Leurs objectifs de croissance ne sont pas compatibles avec les utilisateurs, d’où la crise actuelle, qu’il s’agisse d’entreprises ou d’entités publiques. Ces dernières dont la valeur d’innovation est très limitée ne peuvent plus absorber les coûts de solutions qu’elles utilisaient jusqu’alors.

Seule solution ? Le changement des outils informatiques à travers l’Open Source.

Quels sont donc les avantages de la solution « logiciel ouvert » ?

  • Maîtrise des coûts
  • Haute sécurité et protection de la DATA  
  • Maîtrise du système d’information
  • Moins de soumission à l’obsolescence programmée

Les limites actuelles de l’Open Source

Loin d’être la solution miracle, elle se présente plutôt comme une alternative à la dictature en cours. L’Open Source connait toutefois certains désavantages que sont notamment :

  • Rareté des compétences internes
  • Valeur élevée des talents formés (coût important)
  • Obligation de la mise en place une nouvelle organisation dans l’entreprise utilisatrice
  • Important travail d’intégration
  • Formation des nouveaux utilisateurs

La mise en place d’une nouvelle solution implique des investissements de départs, pendant d’une baisse des coûts liés à l’utilisation d’un ancien éditeur. Le support par le biais d’une ESN ou ESNI est capital lors de cette étape de transformation.

 

Après un effort de départ, l’Open Source est à voir comme une option multigrains, tant sur l’aspect économique, que technique ou stratégique. Pour faire face aux difficultés d’implémentation du logiciel ouvert, le recours à des talents externes et indépendants, ce que sont les consultants informatiques en freelance, est la solution.

 


Vous êtes freelance ?

  • visibilité freelance Obtenez de la visibilité auprès des clients finaux
  • trouver mission régie Trouvez une mission longue en régie
  • mission ssii Une commission inférieure à celle pratiquée par les SSII