Salaire cybersécurité : la rémunération des métiers de la cybersécurité

La cybersécurité est un domaine de l’informatique passionnant, mais complexe à comprendre. Si vous vous intéressez aux métiers de la cybersécurité, vous vous demandez peut-être si les salaires valent la peine de vous former. C’est bien légitime. Retrouvez dans cet article les montants moyens des salaires en cybersécurité.

La cybersécurité : un secteur d’activité en plein essor

La cybersécurité expliquée en quelques mots

La cybersécurité, c’est la sécurité des systèmes informatiques.

On retrouve dans le domaine de la cybersécurité un ensemble de métiers aux pratiques différentes, mais dont le but reste de protéger les systèmes et leurs utilisateurs des manœuvres de personnes mal intentionnées.

Les travailleurs de la cybersécurité ont, en principe, une formation d’ingénieur.

Des rémunérations et un bien-être au travail enviés.

La cybersécurité est donc un domaine où les besoins des recruteurs augmentent fortement, alors que le niveau de qualification des travailleurs reste en moyenne trop bas. Il en résulte que les ingénieurs correctement spécialisés en cybersécurité vivent en général très bien. La cybersécurité constitue un secteur d’activité qui octroie un haut niveau de bien-être au travail, à en croire les sondages. Par ailleurs, dans la cybersécurité, le salaire moyen est élevé : entre 40k€ et 100k€ par an selon le domaine d’expertise.

Salaire cybersécurité : les moyennes pour les 4 grands domaines de métiers.

Ci-dessous sont donnés les salaires moyens des métiers de la cybersécurité. Ils sont triés en 4 domaines, selon la taxonomie employée par le Panorama des Métiers de la Cybersécurité, un document public officiel fourni par l’Anssi, agence dépendante de l’État français.

Les salaires sont renseignés bruts, en équivalent temps plein. Pour convertir un salaire brut en net, tenez compte des impôts et des charges salariales. Par ailleurs, les salaires sont indiqués en moyenne annuelle. Chaque salaire mensuel est susceptible de varier en fonction des primes octroyées.

Cybersécurité : Salaire pour la gestion et le pilotage de projets de sécurité

On trouve dans cette catégorie des métiers de supervision. Il y a notamment le coordinateur sécurité, le directeur cybersécurité et le responsable de la sécurité des systèmes d’informations (RSSI).

D’une façon globale, les ingénieurs occupant ce poste ont une équipe de techniciens sous leurs ordres. Leurs qualités doivent être à la fois techniques et humaines. La gestion et le pilotage des projets sont donc ouverts à des profils déjà expérimentés, qui ont acquis un savoir managérial et même souvent juridique.

Dans une entreprise, leur rôle est notamment de définir la politique de sécurité. En outre, ils conseillent l’administration sur les évolutions techniques qu’ils jugent souhaitables, et ils déploient ces évolutions au besoin.

Métiers de la gestion et du pilotage de projet en cybersécurité, salaire annuel moyen : 100k€.

Cybersécurité : Salaire pour la conception et le maintien des systèmes de sécurité.

Dans ce domaine de la cybersécurité, on trouve trois métiers différents :

Le développeur/ingénieur en cybersécurité, salaire annuel moyen : 60k€

Le développeur en sécurité est, de tous les profils, celui qui met le plus souvent ses mains dans le code. Il est en charge de créer des applications de sécurité, ou de sécuriser des applications existantes en implémentant les solutions pensées par la reste de l’équipe.

L’auditeur spécialiste en cybersécurité, salaire annuel moyen : 70k€

On l’appelle aussi « hacker éthique », ou « hacker white hat ». Son rôle est d’éprouver les défenses d’une application érigée par le développeur. Cela permet d’évaluer, par rapport à un référentiel, l’efficacité de ces défenses. En fonction de cette évaluation, on peut décider le déploiement d’une application ou son renvoi en production.

Le cryptologue employé en cybersécurité, salaire annuel moyen : 65k€

Le cryptologue a surtout des compétences brutes en mathématiques. C’est un scientifique qui se charge de concevoir des algorithmes de cryptage, ensuite utilisés pour sécuriser des informations. Les algorithmes WEP et WPA, qui protègent nos réseaux WIFI, sont notamment conçus par des cryptologues.

Cybersécurité : Salaire pour la gestion des incidents et des crises.

En cybersécurité, on appelle « analyste » l’ingénieur qui s’occupe de la gestion des incidents et des crises. L’analyste opère une veille des systèmes informatiques comme les bases de données, les serveurs ou les sites web.

Il y a principalement deux types d’analystes.

D’une part, il y a le responsable SOC. Son rôle est de détecter les anomalies, de repérer celles qui, parmi elles, présentent un risque et d’éliminer la menace

D’autre part, il y a l’opérateur CERT. Il agit quant à lui en amont, lorsqu’une attaque est déjà en cours. Il a pour rôle de circonscrire les dégâts, puis de tirer leçons de l’attaque subie pour combler les failles de sécurité mises en cause.

L’analyste cybersécurité, salaire annuel moyen : 55k€

Cybersécurité : Salaire pour les postes de conseil

On trouve dans cette catégorie des formateurs et des consultants en cybersécurité.

Le rôle des formateurs est de sensibiliser des équipes techniques ou les utilisateurs d’un produit aux pratiques usuelles de cybersécurité.

Le rôle des consultants est d’intervenir auprès d’entreprises pour leur proposer des solutions clef en main afin de renforcer la sécurité de leurs systèmes.

Travaillant le plus souvent en freelance, les formateurs et consultants peuvent avoir des rémunérations si variables qu’il est difficile de donner une moyenne. Leur rémunération varie en fonction de leur travail, et surtout de la qualité de leur expertise. Les plus réputés peuvent aisément dépasser les 100k€ de chiffre d’affaires par mois.

Le consultant cybersécurité, salaire annuel moyen : variable

Cybersécurité : Salaire pour les juristes

Enfin, la cybersécurité est un domaine intéressant pour les juristes, même s’il faut les classer un peu à part des ingénieurs informatiques évoqués ci-dessus.

Leur rôle est notamment d’informer l’administration d’une entreprise sur les conséquences pénales et/ou civiles d’une fuite de données pour qu’elle fasse une meilleure évaluation des risques.

Le juriste fait aussi un travail de veille en se tenant informé de l’évolution des législations nationales et communautaires. Il peut ainsi renseigner les ingénieurs sur les normes à respecter pour s’inscrire dans un cadre légal.

 

Le juriste expert en cybersécurité, salaire annuel moyen : 40k€

Cybersécurité Salaire : moyenne sur l’ensemble des métiers

Salaire moyen cybersécurité : 65k

Si on ajoute les salaires des postes d’encadrement et des postes techniques, tous niveaux d’ancienneté confondus, on obtient à ce jour une moyenne de 65k€ brut de salaire par an dans le secteur de la cybersécurité.

Salaire cybersécurité junior, par an et en moyenne : 49k

Dans les métiers de la cybersécurité, l’ancienneté influence toutefois beaucoup le salaire perçu. On estime qu’un expert en cybersécurité junior gagne en moyenne 49k€ par an.

Salaire cybersécurité sénior, par an et en moyenne : 81K

Un expert sénior en cybersécurité, par contre, peut espérer gagner en moyenne 81k€  par an.

Comment se former en cybersécurité ?

Pour se former en cybersécurité, il y a trois voies possibles. Celle à préférer dépend de l’emploi que vous souhaiteriez avoir, de votre personnalité, et de vos moyens financiers.

Se former en cybersécurité : la voie académique

En principe, la voie académique consiste à d’abord se former en ingénierie informatique, avant de devenir un expert en sécurité informatique. Les diplômés ayant une insertion facile sur le marché de l’emploi sont souvent Bac+5. Ils sortent d’une école d’ingénieur, le plus souvent privée.

L’avantage de la voie académique est de pouvoir prétendre rapidement à des emplois d’encadrement, tel que RSSI ou chef de projet. D’ailleurs, certaines entreprises exigent, quelque soit le niveau d’expérience des prétendants, un niveau Bac+5 pour occuper ce type de postes dans leur organisation.

Par ailleurs, les écoles d’ingénieur facilitent le réseautage grâce à des événements qu’elles produisent, en lien avec les professionnels.

Par contre, il faut être prêt, pour suivre une formation académique, à passer plusieurs années à étudier. Il faut aussi avoir la possibilité de débourser le prix de la formation, en moyenne de 55k€.

Se former en cybersécurité : les certifications professionnelles

Les certifications professionnelles peuvent s’obtenir en une durée bien plus courte qu’un diplôme d’ingénieur. Les certifications les mieux reconnues sont délivrées par des instituts privés, à des prix oscillant entre 1000€ et 2000€.

Les certifications professionnelles permettent surtout une insertion dans les activités techniques, tel qu’auditeur, DevOps, administrateur, consultant ou analyste.

La flexibilité est un des avantages du passage de certification. Au contraire de l’école d’ingénieur, vous pouvez avancer à votre rythme, sans présence physique requise sur site. C’est une solution idéale si vous êtes un salarié en reconversion.

Par ailleurs, les certifications se concentrent sur les compétences techniques. Leur obtention oblige à entrer vite dans le vif du métier.

Toutefois, une certification a l’inconvénient de ne pas s’accompagner d’un bagage culturel généraliste, que ce soit en économie, en gestion ou en marketing. Il faut aussi avoir une capacité importante à l’autodiscipline pour réussir son obtention.

Se former en cybersécurité : le parcours autodidacte

Enfin, une partie non négligeable des experts en cybersécurité se forment par leurs propres moyens, en autodidacte.

L’avantage premier de cette solution, c’est bien sûr la réduction de l’investissement financier.

Néanmoins, il faut être doté d’une personnalité particulièrement tenace et autonome pour réussir ainsi.

En effet, il faut d’abord pouvoir, du début de votre projet jusqu’à obtention d’un emploi, vous discipliner seul. Il est nécessaire de s’astreindre à un rythme de travail quotidien pour apprendre la masse de compétences requises pour devenir expert en cybersécurité.

Et en outre, sans certification ni diplôme, sans stage ni réseau, le problème de l’autodidacte est celui de la légitimité. Il faudra être assez astucieux et sociable pour trouver vos premières missions et avoir une chance de faire vos preuves.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne Manquez Pas