Améliorer sa Santé Mentale quand on est freelance

santé mentale freelance

Comme beaucoup de travailleurs indépendants, je trouve la liberté du freelancing difficile à battre. Ce mode de vie offre la flexibilité de travailler en fonction de vos mauvais jours – le scénario exactement opposé à celui que l’on connait en travaillant à temps plein.

Mais au cours de l’année écoulée, j’ai découvert un inconvénient majeur de la vie de freelance : un épuisement constant. Le stress au travail étant aggravé par la fatigue lié au contexte de la pandémie de COVID-19, il est plus important que jamais pour les freelances de donner la priorité à la santé mentale.

Se donner de l’espace pour se déconnecter n’est pas facile. Cela peut créer de l’anxiété à l’idée de manquer des missions potentielles ou la montagne de travail que vous aurez à gérer plus tard. Mais vous avez besoin de temps d’arrêt pour contrebalancer le stress et la fatigue mentale qui accompagnent le statut de travailleur indépendant. Voici quelques suggestions d’experts sur la façon de concevoir des pauses santé mentale qui vous conviennent.

Savoir reconnaître les signes de burn-out

Même si les travailleurs à temps plein connaissent aussi l’épuisement professionnel, ils disposent souvent de ressources de soutien intégrées. Certaines entreprises ont commencé à mettre en place des politiques de “journée de la santé mentale”, et le fait de faire partie d’une équipe signifie qu’il y a des gens à qui vous pouvez vous confier lorsque vous êtes stressé.

Salariés et freelances ne sont pas logés à la même enseigne

Ces garanties n’existent pas nécessairement pour les travailleurs indépendants – même si les longues heures de travail, un marché compétitif et incertain, et l’isolement représentent de sérieux défis pour notre santé mentale.

“Vous devez vraiment faire beaucoup de travail… sans beaucoup de contact [humain]”, affirme le Dr Juli Fraga, psychologue et écrivain indépendant. “Vous envoyez des e-mails dans les deux sens [mais sans] le même type de relation que vous pourriez avoir si vous étiez en mesure de vous connecter en personne.”

Sans ce système de soutien, c’est aux freelances d’identifier leurs propres déclencheurs de burnout. Par exemple, le Dr Fraga fait remarquer que le fait d’écrire sur certains sujets peut avoir un impact émotionnel réel, en particulier pour les personnes de couleur, à qui l’on confie souvent des histoires qui font appel à des traumatismes passés.

Pour ma part, écrire sur mon expérience m’aide à traiter les traumatismes passés. Mais cela peut aussi provoquer des cauchemars et des épisodes de dépression si je ne fais pas attention à mélanger les différentes missions.

Les signes de burnout les plus courants

Des freelances américains évoquent d’autres points sur leurs blogs personnels.

Leanna Johnson Lee, une écrivaine de Chicago qui évoque la santé mentale et l’avenir du travail, indique que son niveau de stress monte en flèche lorsqu’elle a trop de travail.

Ruksana Hussain, rédactrice en chef d’un magazine basé à Los Angeles, avertit que les “problèmes de santé inattendus” peuvent signifier qu’il est temps de faire une pause – une leçon qu’elle a apprise à ses dépens. Mme Hussain a subi une “énorme pression mentale” en essayant de continuer à travailler après une grave blessure au dos.

Selon Leanna Johnson Lee, les signes courants d’épuisement professionnel sont les suivants:

  • Manque de sommeil ou perte d’appétit
  • Manque de vie sociale
  • Pleurer ou s’emporter facilement
  • Recours à l’alcool ou à d’autres drogues pour se détendre
  • Irritabilité, agitation et anxiété
  • Sentiment de désespoir
  • Incapacité à se concentrer ou “brouillard cérébral”
  • L’impression de “ne plus rien avoir à donner”, qui peut être le signe d’un épuisement professionnel imminent.

Différentes façons de rééquilibrer les choses

Pour les freelances qui n’ont pas de congés payés, faire une pause pour des raisons de santé mentale implique souvent de petits créneaux – un jour ou deux ici et là – plutôt que des vacances ininterrompues pendant une semaine ou plus.

Cependant, prendre ne serait-ce qu’une journée peut être difficile pour certains. “Je ne sais même pas comment faire une pause” est en effet une phrase très courante chez les freelances. Même si certains s’efforcent de réduire leur charge mentale en automatisant certaines de leurs tâches.

Des heures impossibles pour une belle référence ? Non merci.

Intégrer des limites dans votre vie professionnelle peut vous aider à vous détendre et à vous protéger de manière proactive contre l’épuisement professionnel.

La gestion de la santé mentale en tant que freelance peut également nécessiter un changement d’état d’esprit. Clément, un développeur freelance présent sur LeHibou, a son avis sur la question : “vous ne devez pas mettre certaines missions sur un piédestal. Accepter un TJM très bas et des heures impossibles pour une référence de prestige sur le CV, c’est inutile !”

Réduire le bruit des réseaux sociaux

Il existe également des moyens sains pour les freelances de créer leurs propres communautés de soutien. Limiter son engagement dans les espaces de médias sociaux, où les conversations peuvent rapidement s’envenimer. Pourquoi ne pas se tourner vers de petits groupes de réflexion de professionnels vers lesquels vous pouvez vous tourner ?

Vous trouvez les personnes à qui vous pouvez soumettre des idées, qui vous donneront de bons conseils… à qui vous pouvez soumettre des idées et suggérer des conseils, sans attendre en retour.

Prendre enfin du temps pour vous

Laissez aussi tomber l’idée qu’il est impossible de prendre quelques jours de congé. Il y a des choses que vous pouvez faire pour prévenir les clients à l’avance. Par exemple, vous pouvez indiquer les dates de vacances dans votre signature de courriel une semaine à l’avance, ou même contacter carrément les clients pour leur faire savoir que vous prévoyez un long week-end.

L’entêtement peut vous coûter cher

Parce que le temps, c’est de l’argent pour les freelances, même les petites pauses peuvent sembler coûteuses. Mais ne pas prendre de congés peut aussi avoir des répercussions financières.

“Le coup de semonce a été donné par un client régulier qui a remarqué le travail de mauvaise qualité que je produisais”, raconte Ruksana Hussain. “Je savais que je devais faire une pause… Cela signifiait se mettre complètement à l’écart pour se concentrer sur ma santé, faire le vide dans mon esprit, puis recalibrer mon style de travail pour que cela ne se reproduise plus jamais.”

illustration santé mentale

Quelques méthodes simples pour entretenir sa santé mentale

Les mini-pauses, sportives ou pas

Certains aiment avoir une habitude, comme courir tous les jours. Une sorte de “pause santé mentale”.

Les personnes atteintes de maladie mentale peuvent avoir besoin de faire des mini-pauses tout au long de la journée. Si vous souffriez d’anxiété, de dépression et de syndrome post-traumatique, vous pouvez avoir recours à des “protocoles d’urgence” les jours difficiles, comme travailler par petites pauses entre des activités que vous aimez, comme écouter des livres audio. Vous pouvez également essayer de travailler moins d’heures par jour.

“Trouvez des moyens de vous ressourcer chaque jour, même s’il s’agit d’une petite pause, même s’il ne s’agit que de prendre 20 minutes pour faire quelque chose d’agréable.”

Inutile, en revanche, de s’acharner dès que l’on ressent les premiers signes d’épuisement. “Il y a deux types de pauses pour la santé mentale : celles que vous prévoyez et celles que vous ne prévoyez pas”, estime Leanna Johnson Lee. “Celles que vous ne prévoyez pas sont essentiellement des arrêts forcés, qui interviennent lorsque vous êtes tellement débordé et épuisé que vous êtes sur le point de craquer.”

Prenez des congés courts, mais plus fréquents

En ce qui concerne les congés planifiés, Leanna Johnson Lee dit qu’elle intègre à son emploi du temps des “journées de travail sans client” intermittentes. Elle prend également des congés occasionnels, comme ses prochaines vacances de 10 jours.

Même si vous ne pouvez pas prendre des vacances complètes, vous pouvez toujours trouver des moyens agréables de vous ressourcer. “Il peut s’agir de faire de l’exercice, de faire une promenade, de lire, d’écouter de la musique ou de regarder la télévision. Cela peut être de la méditation, des respirations profondes ou du yoga”, juge le Dr Juli Fraga.

“Trouvez des moyens de vous ressourcer chaque jour, même s’il s’agit d’une petite pause, même s’il ne s’agit que de prendre 20 minutes pour faire quelque chose d’agréable.” Certains regarderont des documentaires, d’autres… tricoteront.

Une pause santé mentale – qu’il s’agisse de vacances, d’une séance de thérapie ou d’une soirée en famille – devrait vous aider à revenir au travail plein d’énergie. “Faites tout ce qui vous apporte du bonheur et vous éloigne complètement de votre travail”, suggère Ruskana Hussain. “Demandez-vous comment chaque opportunité améliore la qualité globale de vos expériences de vie, et partez de là.”

1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne Manquez Pas